AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Narita Eichi [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarNarita Eichi
Lycéen
Membre
Lycéen Membre
▌Réputation : 35

MessageSujet: Narita Eichi [Fini]   Jeu 29 Juil - 19:09


Tanaka Koki

Narita Eichi - 17 - Lycéen
Née le 10/09 à Tokyo - Devenir boxeur professionnel
Shireboy - Hétérosexeul - En couple avec Inoue Kazue


Tokyo Dreamers - Who are you ?

Qualités :
Défauts :

Eichi n’est pas un garçon qui semble persuadé d’avoir de nombreuses qualités, il aurait même tendance à vous dire qu’il n’en a aucune. Pourquoi ? Pour la bonne et simple raison qu’il n’a jamais su voir très clair en lui, il est tel qu’il est, ce sont les mots qu’il pourrait vous dire si vous lui demandez de parler de lui. Il faut dire que le jeune homme est loin d’être quelqu’un de très bavard. Qu’ils se trouvent en cours ou dans la vie de tous les jours, ce n’est pas un garçon qui ira vers les autres et il en attend de même de la part des autres. Solitaire ? Surement, il n’accorde pas facilement sa confiance et surtout son amitié, si vous vous attendez à un sourire de sa part et qu’il vous serre la main dès votre première rencontre ça serait une grave erreur. Le chemin jusqu’à son cœur mesdemoiselles est semé d’obstacles plus infranchissable les uns que des autres. Il faut vraiment que vous persévérez et encore rien n’est encore acquis. Ne vous montrez surtout jamais du genre collant, ça serait une grave erreur, plus vous aurez tendance à vouloir l’approcher plus il décidera de s’éloigner encore plus.

Si par le plus grand des malheurs, il vous arrivez de le souler un peu trop, il n’hésitera jamais à vous le dire. Son côté franc ne prenant jamais de gants pour dire ce qu’il a envie de dire fut à l’origine de vingtaine de bagarres dans lesquelles il fut entrainé. Que ça vous plaisent ou pas, c’est ainsi et un point c’est tout. Vous comprendrez donc qu’il n’est pas du genre à mâcher ses mots et à faire en sorte d’être aimable et diplomate.

Son côté froid est ce qui ressort le plus lorsqu’on le rencontre pour la première fois. Pourtant si jamais vous êtes dans une mauvaise passe, il n’hésitera pas à venir vous aider surtout si vous êtes seul face à une bande de voyou.

Il déteste plus que tout, la lâcheté et si jamais il s’agit de vous, il pourrait très bien vous faire comprendre votre erreur par un bon coup de poing. Non monsieur ne fais pas dans la dentelle, et surtout pas avec une pourriture telle que vous. Il est hors de question qu’il vous laisse la vie tranquille. Cependant il déteste la violence bien qu’il reconnait bien volontiers que des situations l’exigent et puis il n’est pas non plus tout blanc. Sachez néanmoins qu’il ne cherchera pas en premier la bagarre mais si vous le chauffez trop, vous l’aurez bien mérité.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser d’un garçon froid et solitaire, il est en réalité très énergique, il se dépense corps et âme dans tout projet qu’il entreprend. Tel que le sport, les études, ou tout autre chose, il ne lâchera jamais l’affaire et ce quoi qu’il arrive à moins d’avoir une raison de le faire…Dans ce cas, il regrettera jamais de l’avoir fait où du moins il ne l’avouera jamais ouvertement.

Une chose est sure, c’est qu’il vous met au défi de le trahir mais ne le faites jamais car l’amitié qu’il aura pu vous accorder sera retiré à tout jamais. Très rancunier, le pardon ne fait pas parti de son vocabulaire, si des désolés pouvaient tout guérir, il n’y aurait plus besoin de justice. Cependant grâce à son œil observateur et son intelligence sans faille il aura peut être réussi à voir votre real face avant que vous ayez plus l’atteindre et dans ses conditions le seul conseil que je peux vous donner, c’est de partir aussi vite que possible, à moins que vous souhaitiez gouter à son poing et à sa langue de vipère.

Ce qu’il vous demande lorsqu’il vous ouvre son cœur, il le fait avec lui-même, jamais il ne vous trahira et ce qu’importe ce qu’il arrive. S’il vous a ouvert son cœur, c’est qu’il a eu ses raisons et jamais il reviendra dessus, soyez en sur. Avec lui, un secret restera éternellement un secret à part que vous l’ayez divulgué à quelqu’un d’autre. Après tout on est loyal ou pas.

Tokyo Dreamers - Your body
Physiquement le petit Eichi est assez imposant en soi. Il faut dire que pour un garçon de son âge, il sort vraiment du lot. Tandis que certains sont aussi fins et efféminés comme des filles, à côté on dirait un véritable bourreau. Du haut de son mètre soixante douze, il n’est ni trop grand, ni trop petit, juste dans la moyenne. Ce qui le différencie vraiment de ses autres camarades de classe masculins, c’est qu’il est assez baraqué, on ne peut pas vraiment dire qu’il est gringalet et qu’avec une brise on pourrait le briser. En vérité c’est tout le contraire, son apparence reflète vraiment son caractère, au du moins il fait en sorte d’être assez repoussant pour dissuader certains de l’approcher, il faut dire que son passé de Yakuza en est surement la cause. Il se rase le crâne pour éviter que ses professeurs se plaignent lorsqu’il se teint en blond puisqu’il supporte pas sa teinte naturelle - trait génétique qu’il déteste plus que tout – au moins là ils peuvent rien lui reprocher quoique cela ne semble pas arrêter certains de ses professeurs de se plaindre de lui.

Lorsqu’il est en cours, il porte le strict uniforme scolaire composé d’un costume deux pièces bleu marine à l’effigie de son école. Oui il fait parti des chanceux qui vont dans une école assez bien cotée et surtout publique ce qui est une bonne chose en soit. Sa mère trime déjà durement pour le lui payer. Cependant il ne faut pas compter sur lui pour porter la cravate de son uniforme, il trouva ça totalement ridicule et inutile. C’est pour cette raison qu’il porte uniquement une chemise sous son uniforme dont il laisse quelques boutons déboutonnés car il ne supporte pas tout ce qui est trop strict et puis il aime bien cultivé son physique « bad boy ».

En dehors des cours, ne vous attendez surtout pas à ce qu’il fasse preuve de bon gout vestimentaire, il n’a rien à cirer de la mode et puis il est bien trop modeste financièrement pour se le permettre. Il porte généralement des baggy de toutes couleurs quoiqu’elles se restreignent souvent à du gris, noir, bleu marine, vert kaki ou autres couleurs du genre. Pour haut, il porte généralement des t-shirt large ainsi que des vestes de survêtements. Il porte parfois des costumes mais ne vous attendez surtout pas à ce que ce soit des Armani ou autre du genre et puis le style et lui ça fait deux. Il aura tendance à porter avec son costume deux pièces, un simple T-shirt noir ou blanc avec sa paire de baskets préférée qu’il ne quitte pratiquement jamais à part sur le ring et pour dormir.

Aux niveaux des accessoires, il rechigne devant rien pour montrer qu’il est anticonformiste, ses deux oreilles sont percées et possèdent même plusieurs piercings par oreille. Il porte de multiples chaines en argent avec des médaillons que sa mère lui a achetés. Ce n’est certes pas de l’or et ne doivent pas couter bien cher mais il les chéris plus que tout et les embrassent avant chaque match ou lorsqu’il fait face à une situation difficile pour se donner du courage. Il possède de multiples bagues à ses doigts de calibres assez grands toutes à motifs chinois et en argent. A ses poignets on peut trouver des bracelets en cuir et à lacets qu’il quitte uniquement lors des matchs ou lorsqu’il s’entraine.

Vous aurez compris que si vous vous attendiez au garçon BCBG, il est indéniable que par son apparence il vous aura fait déjà fuir à vingt mètres de sa personne mais qu’importe, lui ça ne le dérange pas du tout.

Tokyo Dreamers - Your history
La vie du jeune Eichi commença par une belle journée du mois de Septembre. Tokyo bien qu’en période de saisons de typhons n’en avaient pas encore connus pour l’année à cet époque. Sa famille se composait uniquement de son père, à l’époque simple salarié et de sa chère mère, une infirmière dans une clinique privée. Enfant unique, il n’a jamais vraiment manqué d’amour. Garçon adoré par ses parents les premières années de sa vie furent les plus belles qu’il a connu. Aucune engueulade, toujours des sourires et des rires remplissaient la maison jour après jour. Lorsqu’il rentra au premier grade – correspond à l’entrée en maternelle en France – il fit la connaissance de la petite Ai, sa meilleure amie, la seule qui n’a jamais quitté ses côtés qu’importe ce qu’il a pu faire dans le futur. Avec elle, il a fait les quatre cents, toutes les bêtises qu’il a pu faire dans son enfance étaient avec elle. Ils étaient totalement inséparables et c’est l’une des rares avec qui il est encore proche. Même s’il ne lui a jamais dis ouvertement, il est vraiment plus qu’heureux d’avoir fait sa connaissance. En fin de compte c’est en grande partie grâce à elle qu’il a pu tenir tant d’années. A ses côtés, il ressentait une paix intérieure qu’il ne connut de nouveau que bien plus tard qu’auprès de Kazue.

Sa vie aurait pu être simple et sans histoire mais comme on le sait tous, il y a toujours le revers de la médaille. Un jour, il venait tout juste de fêter ses six ans à l’époque, il avait vu pour la première fois de sa vie, son père soul. Contrairement à ses habitudes, son père buvait inlassablement vidant toutes les bouteilles de Saké de la maison. Cette situation avait interloqué Eichi, qui était un fin observateur, mais à l’époque la situation était encore loin de celle qu’elle était aujourd’hui. Les jours passés et cette habitude ne semblait pas prendre fin. Cependant cette sale habitude commençait petit à petit à inquiéter le petit garçon qu’il était. Il savait que boire trop d’alcool et même du Saké n’était pas bon pour sa santé. C’est en tombant sur une conversation que son père avait avec sa mère qu’il comprit les raisons qui l’avaient poussé à boire : il venait tout juste d’être licencié. Il semblait que la boite pour laquelle il travaillait avait fait faillite, ce qu’il ne savait pas à l’époque c’était que le Japon connaissait une période de récession, le travail était aussi précieux que l’argent en lui-même si on voulait survivre. Mais que voulez vous qu’une enfant de six ans comprenne une telle chose ? Pour lui tant qu’il pouvait manger et s’amuser rien n’avait plus d’importance. Ce soir là fut également la première fois où le ton monta entre sa mère et son père. Une dispute sans précédent, certes comme tout autre couple ils leur arrivaient de se disputer mais vraiment rien de grave…Seulement cette fois-ci, s’était totalement différent. C’est ce même jour qu’il entendit pour la première, le bruit sourd d’un poing qui s’abat sur une autre personne. Seulement cette autre personne n’était pas n’importe qui, c’était sa mère. La situation était bien trop compliquée pour lui et ses maigres forces et c’est totalement impuissant qu’il assista à maintes reprises à cette scène qui avec le temps devenait de plus en plus communes. Une habitude voilà ce qu’était devenue la violence conjugale dont sa mère était la victime. Pourtant Eichi savait parfaitement que ce n’était pas normal, qu’il devait bien y avoir quelque chose qui n’allait pas mais il était bien TROP jeune.

Cette frustration de ne pas pouvoir faire quelque chose se transforma en violence qu’il passait sur ses camarades de classes quand il était à bout de nerfs. Le garçon certes turbulent qu’il était à l’époque s’était transformé en un vrai bagarreur qui ne s’arrêtait que lorsque sa victime de la journée se mettait à pleurer ou lorsqu’un adulte venait l’arrêter. Cette situation continua jusqu’en première année de collège, jusqu’à qu’il rencontre le premier professeur qui lui sauva en quelque sorte la vie. A l’époque, il était devenu une véritable petite teigne. Il ne respectait ni les élèves, ni les professeurs et les seuls personnes qui pouvaient s’approcher de lui était Ai et sa mère. Sinon il sortait ses griffes tel un lion qui se jette sur sa proie. C’est certes une métaphore assez bien imagée mais elle résume assez bien, l’enfant qu’il était à l’époque. Le professeur en question était un professeur de sport, spécialisé dans les sports de contact et ancien espoir de boxe. Il avait parfaitement compris que la violence d’Eichi était seulement un moyen pour le jeune homme d’évacuer sa frustration. Il ne savait pas ce qui le frustrer mais il avait en effet bien cerné le problème. Il l’obligea alors à s’inscrire au club de boxe du collège. C’est là bas qu’il apprit des règles strictes de bienséance.

« Si tu veux utiliser tes poings, monte sur le ring et montre moi ce dont tu es capable ! » Lui avait-il dit sur un ton de défi.

C’est ce jour là qu’il franchi pour la première fois les barrières d’un ring et puis surtout ce fut le jour où il se prit une bonne dérouille de la part du senpai de son collège. Contrairement à beaucoup d’autres enfants qui avaient fait l’amère expérience, il n’avait pas pleuré. Bon la douleur était retentissante et il avait les larmes aux yeux mais rien n’était sorti. Son regard était noir et déterminé, il fallait qu’il parvienne à battre ce garçon pour pouvoir un jour faire face à son père. C’est dans ses conditions qu’il entra dans le club de boxe de son collège. Il s’entraina d’arrache pied, chaque jour sans ciller. Il voulait y parvenir coute que coute. A partir de ce jour là, il arrêta de battre ses camarades préférant et respectant les règles de boxe de compétition. En cours, sa réputation l’avait précédé et il restait dans son coin en silence lorsque Ai n’était pas avec lui.

Loin d’être idiot, il arriva parfaitement à concilier études et cours de boxe jusqu’à la fin de ses années de collèges et il parvint même à entrer dans un assez bon lycée pas trop cher pour le budget de ses parents. Cependant la situation aux cours des années n’avait pas changée, l’éternel refrain se répétait inlassablement sous ses yeux. Seulement Ai avait pris une autre route que la sienne et il était désormais seul, jour et nuit. Tout d’abord il pensa plusieurs fois à frapper son père mais il savait qu’il était encore bien trop faible, il n’arrivait toujours pas à battre son ancien senpai. Ce que personne ne savait en réalité, c’était que ce fameux jour ou il avait gouté à son premier coup, il s’était fait la promesse que le jour où il parviendrait à le battre, il affronterait son père pour défendre sa mère. Cependant la situation n’avait pas bougé, il perdait toujours et éternellement contre ce senpai. Pour éviter de faire face à sa réalité, il commença à trainer dans les rues le soir, fit des rencontres plus ou moins correcte et il se laissa même entrainer dans les rangs d’une famille de Yakuza. C’est à ce moment là qu’il perdit tout espoir. Même en s’entrainant corps et âme, il n’arrivait à rien alors à quoi bon persévérer. Il choisit la facilité et devint sbire pour le compte de la plus grande famille de Yakuza de la ville. Il dénigra petit à petit ses cours et son club pour les activités du gang. Il devint à en rien de temps un excellent élément. Il avait le poing facile et grâce à son apparence froide et robuste, il obtenait toujours ce qu’il venait chercher. A cette époque, il avait de nouveau la possibilité de jouer avec ses poings sans suivre aucune règle précise.

C’est à cette période là qu’il rencontra pour la première fois, Kazue. Elle était la nouvelle responsable de la classe du jeune homme. Fraichement débarquée de ne sait ou et surement remplit pleine d’espoir. Il sembla qu’elle s’intéressait au cas d’Eichi de très près. Il ne lui accorda aucune importance. Après tout si elle voulait jouer la bonne samaritaine, grand bien lui fasse mais ça serait sans lui. Cependant il avait beau se montrer méchant, froid et presque menaçant celle-ci ne semblait pas s’en préoccuper autre mesure, revenant encore et toujours à la charge. En temps normal, il aurait eu tendance à jouer de ses poings pour lui faire comprendre qu’il n’en avait rien à cirer mais c’était une femme. La frapper ça serait se rabaisser au rang de son père et ça il ne pouvait pas le supporter. Il se contenta alors simplement de l’ignorer, pensant qu’elle se lasserait surement un jour de venir à sa rencontre pour le persuader de reprendre ses études.

Seulement un soir contrairement à ses habitudes, Eichi pensa qu’il était désormais assez fort pour s’occuper du cas de son père. Ce fut la plus grosse erreur de sa vie, sa mère n’arrêtait de dire à son mari d’arrêter de frapper son fils qu’elle voulait prendre les coups à la place mais il le frappait encore et encore, surement excité d’avoir une nouvelle victime. Lorsqu’il eut fini avec lui, il retourna se servir un autre verre de Saké et s’assit à sa table comme si de rien n’était. Il avait mal de partout et il sentait que certains de ses membres étaient brisés mais il n’avait pas assez de force pour se lever. Bien qu’il souffrait le martyre, la seule chose qu’il avait en tête était est ce qu’il allait pouvoir un jour le surpasser et lui faire passer l’envie de frapper sa chère mère ? Il aperçut rapidement sa mère mais celle-ci était recluse dans un coin totalement paniquée. Il aurait voulu la rassurer sur son état mais aucun mot ne pu sortir de sa bouche tellement il avait mal, il se contenta alors de sortir de la demeure, du mieux qu’il pu. C’est ainsi qu’il se retrouva dans une ruelle vide et sombre ou il tenta d’évaluer les dégâts mais c’était trop en demander à son corps qui semblait le lâcher tout simplement. C’est alors que Kazue apparut devant lui de nouveau, ce soir là il n’avait vraiment pas la force de dire des mots blessants pour qu’elle le laisse en paix. C’est ainsi qu’un peu malgré lui, il se retrouva chez elle. Elle avait pris bien soin de panser ses blessures et ne lui demanda aucune explication sur les raisons de son état.

Ce qui l’énervait dans la situation actuelle, c’était que désormais il devait lui en être reconnaissant même s’il voulait penser le contraire. Il ne répliqua même pas lorsqu’elle lui demanda pour la énième fois de redevenir le lycéen qu’il était avant. Si c’était comme ça qu’il devait payer sa dette qu’il avait envers elle, il le ferait. C’est donc tout naturellement qu’il reprit le chemin des cours. Cependant le retour à la normale fut loin d’être paisible. Le retard qu’il avait pris dans ses études, le força à suivre des cours particulier avec elle. Petit à petit, il s’habitua à sa présence et à sa douceur. Il commença même à lui parler de ses problèmes et finit même par lui dire les raisons qui l’avaient poussé à tout abandonner. Il savait pas pourquoi mais auprès d’elle, il perdait petit à petit les barrières qu’il avait mit tant de temps à forger. C’était vraiment horripilant. C’est tout naturellement que le respect qu’il avait pour elle se transforma en un sentiment bien plus profond. Avec le temps, il commençait à la fois comme une femme, il la remarquait grâce à son parfum, se perdait à chaque fois dans ses yeux lorsqu’elle le regardait et c’est donc tout naturellement qu’il l’embrassa sans passer en aucun cas à son statut de professeur. C’est tout naturellement également qu’il lui fit part de ses sentiments en lui disant droit dans les yeux qu’il était amoureux d’elle.

Il ne le força en aucune façon de lui répondre et attendit patiemment qu’elle décide d’accepter ou non ses sentiments. Il lui devait tellement désormais que même si elle lui disait qu’elle n’avait toujours vu en lui qu’un élève comme les autres, il se sentait assez fort pour le supporter et puis il avait la boxe pour passer ses nerfs. Le boxe qu’il avait longtemps mit de côté était de nouveau devenu un pilier important de sa vie. En dehors des cours, il ne quittait plus la salle d’entrainement à moins d’être totalement exténué. Contrairement à ce qu’il aurait pensé, Kazue ne le rejeta pas et une timide mais sincère relation entre les deux s’installa. Pour ne pas être découvert ils décidèrent de faire attention au moindre de leur mouvement pour n’alerter personne. Il avait l’intention de tout faire pour lui mais surtout pour elle, pour que leur relation fonctionne.

Désormais il souhaite vraiment finir ses études le plus vite possible pour devenir l’homme sur lequel celle-ci pourra se reposer comme il l’a pu le faire si souvent avec elle. Son rêve désormais est de percer dans la boxe et espère devenir quelqu’un de bien qui saura toujours faire face la tête haute à l’avenir…Seulement les démons du passé peuvent ressurgir à tout instant et venir briser de nouveau un équilibre retrouvé.

Tokyo Dreamers - Who are you in IRL ?
Pseudo ou Prénom: Hikaru
Age réel : It's a secret
Comment avez vous découvert le forum ? Via les partenariats d'un autre forum (IT il me semble)
Un conseil pour l'améliorer ? Pour l'instant non qui sait plus tard
Avez vous lu le règlement ? Oui bien entendu Code Ok by Aika


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarSatô Aika
Assistante Photographe
Administratrice
Assistante Photographe Administratrice
▌Réputation : 106

MessageSujet: Re: Narita Eichi [Fini]   Jeu 29 Juil - 22:30

Bienvenue sur le forum \o/
Amuses-toi bien parmi nous.
Je n'ai rien vu de contraire au PV en question, c'est donc avec plaisir que je te valide, Tokyo Babylon arrive sous peu.
Enjoy !



« Si le monde n'est pas assez beau sous ton regard,
essaye de capturer le meilleur au travers de ton objectif !»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarTokyo Babylon
Webmasteur Tokyo Dreamers
Administrateur
Webmasteur Tokyo Dreamers Administrateur
▌Réputation : 382

MessageSujet: Re: Narita Eichi [Fini]   Jeu 29 Juil - 23:03

Fiche validée


Bienvenue donc dans la famille des Students \o/
Je t'invite donc à remplir les divers formulaires suivant :



Et surtout amuses-toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-dreamers.my-rpg.com
avatarNarita Eichi
Lycéen
Membre
Lycéen Membre
▌Réputation : 35

MessageSujet: Re: Narita Eichi [Fini]   Jeu 29 Juil - 23:09

Merci de l'accueil, je remplis donc les formulaires sous le champs ou du moins aussi tôt que possible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarKira Hiroshi
Agent de Police
Membre
Agent de Police Membre
▌Réputation : 33

MessageSujet: Re: Narita Eichi [Fini]   Jeu 5 Aoû - 17:05

Quelqu'un peut "Kill" Tokyo B. juste le temps que je puisse
souhaiter la bienvenu aux Newbies please -.-' ... I Hate You TB ! ::nocomment::

Welcome here, Have fun with us petit Lycéen ! Pas de connerie
ou la police sera à tes trousses... Ou peut-être Kira tout simplement u_u

- Pauvre toutou va x_x -
Bon la joueuse tu la fou en veilleuse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Narita Eichi [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Narita Eichi [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Dreamers ::  :: ● Fiches d'identités :: ● Fiches validées :: Students-