AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Satô Aika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarSatô Aika
Assistante Photographe
Administratrice
Assistante Photographe Administratrice
▌Réputation : 106

MessageSujet: Satô Aika   Mer 17 Mar - 23:38


Yoon Eun Hye

Satô Aika - 19 ans - Assistante photographe
Née le 07/02 à Tokyo - Rêve : Devenir photographe
Tokyo Babylon 002 - Hétérosexuelle - Célibataire


Tokyo Dreamers - Who are you ?

Qualités :
Défauts :

Qui suis-je en réalité ? Je n’en ai pas la moindre idée en toute franchise. Je n’ai rien d’exceptionnel, je suis simplement un être humain avec des qualités et des défauts comme la plupart des gens. Mais pour vous donnez une idée plus précise de mon caractère voici ce qu’on dit souvent à propos de moi. Tout d’abord je suis une personne d’un caractère joyeux, j’aime sourire et le communiquer à ceux qui sont autour de moi. Lorsqu’on sourit ça veut dire qu’on est en harmonie avec soi-même et je pense qu’il est primordial pour soi-même de sourire et rire au moins une fois par jour. D’un naturel sérieux, je suis une personne très appliquée et consciencieuse dans mon travail comme dans ma vie privée, une qualité qu’a su m’apprendre Yasu-nii. On dit souvent que mon bon cœur me perdra et j’en suis moi-même convaincue, cependant il m’est insupportable de voir quelqu’un dans le besoin…Alors même si ce n’est pas grand-chose, je me montre obligeante avec tout le monde au risque de me mettre moi-même en danger.

Cependant n’allez surtout pas penser que je suis une bonne poire, loin de là. Même si j’accorde facilement ma confiance, si quelqu’un à le malheur de me trahir ou de me faire du mal, ma rancune est telle que cette personne n’aura pratiquement aucune chance de récupérer ma confiance à jamais. De plus je suis quelqu’un de très lunatique, à cause d’une empathie que je traine depuis mon enfance, je peux facilement me mettre à pleurer alors que deux secondes avant je riais aux éclats. Pour finir, je suis timide, un défaut ou une qualité qu’il faut que je combatte dans le cadre de mon job d’assistante. Après tout rien ne faut une ambiance bonne enfant pour un photoshot réussi.


Tokyo Dreamers - Your body
Que dire à propos de mon physique…J’ai l’habitude de juger ceux des autres mais j’avoue ne m’être jamais penchée sur le mien. Je mesure un mètre soixante huit pour cinquante kilos toute mouillée. Je suis donc de taille assez fine ayant des formes là ou il faut. Comme pour mon caractère, je n’ai rien d’extraordinaire. Certains me trouvent belle et mignonne moi je me trouve quelconque. Même si j’ai 19 ans, je m’habille comme lorsque j’étais au lycée. Ce que je porte est assez coloré : jaune, rose, bleu azur. Je porte essentiellement des pantalons, jeans, shorts et parfois des jupes mais c’est beaucoup moins pratique pour se déplacer en ville pour faire des photos. Je porte également pleins d’accessoires : des boucles oreilles fantaisies, des bracelets de toute les couleurs. J’accompagne le tout avec des ballerines de couleurs identiques à mes vêtements ou des baskets tout dépend de ce que je dois faire. Les talons j’en porte uniquement pour les grandes occasions puisque je n’en ai pas l’habitude.

En ce qui concerne la partie haut de mon corps, j’ai des cheveux ton brun foncé coupé en carré que je m’amuse à boucler pour mettre un peu de volume. En ce qui concerne mon visage, je me maquille peu, à part un peu de fard à paupière coloré et je fais ressortir mes yeux en les soulignant avec du crayon noir et un peu de mascara.

Tokyo Dreamers - Your history
Je suis née un bel après midi de Février dans une maternité de Tokyo. Entourée par une famille composée de mon père, ma mère et Yasu-nii, j’étais la fille le plus chanceuse au monde. Même s’il me reste peu de souvenirs de cette époque, je sais que j’étais heureuse et que j’étais aimée. Seulement ce bonheur s’arrêta par une nuit d’hiver où un accident de voiture couta la vie de mes chers parents. Yasu-nii et moi, nous nous retrouvions seul au monde. Puisqu’il était désormais majeur, il pouvait survivre par lui-même mais la question à mon sujet était bien présente lors des obsèques de mes parents. Quel membre de la famille voudrait bien m’accepter en tant que fille de substitution ? La conversation était rude et moi qui était au milieu je restais muée dans le silence. Que pouvais-je bien faire ? Je me rappelle avoir eu envie de pleurer car je voyais à quel point j’étais devenue un poids pour ses personnes qui se faisaient appelés oncles et tantes. C’est alors que Yasushi s’est levé et m’a prit par la main en lançant à ceux qui étaient nos proches, qu’on n’avait pas besoin d’eux. C’est ainsi que la question à mon sujet fut réglée.

Seulement la réalité nous rattrapa, Yasu-nii fut contraint d’arrêter les cours à l’université et de trouver un travail. C’est alors qu’il rencontra Aya-chan, un hasard ou le destin ? Je ne sais pas en tout cas cette rencontre fut une bénédiction. Même si Yasu-nii était très occupé, Aya-chan s’occupait de moi comme si j’étais sa petite sœur et petit à petit elle est devenue ma mère de substitution. Les années suivantes où Yasu-nii commença à devenir célèbre fut sereine puisque Aya-chan était constamment à mes côtés. Puis il y a eu Mizuki, j’ai vite remarqué que mon frère en était follement amoureux et il souhaitait vraiment que je m’entende avec elle, j’avais à l’époque 10 ans. C’est avec grand plaisir que je l’acceptais dans la famille mais je ne savais pas pourquoi il y avait un malaise pesant être elle et moi. Aya-chan fut de moins en moins présente pour moi, rien de bien surprenant puisqu’elle respectait la vie privée de Yasu-nii.

Les années passa et je pensais que tout allait bien jusqu’à ce fameux soir, ce soir où Mizuki lança un ultimatum à mon frère : c’était soit elle ou moi. Je n’étais pas censée être là et c’est avec une mauvaise appréhension que j’attendais la réponse de mon frère. J’avais à l’époque 17 ans, il restait peu de temps avant que je devienne adulte. Pourquoi ne pouvait-elle pas attendre un an de plus ? La réponse fut rapide, il entra dans une colère noire et il lui lança qu’il la quittait et qu’il ne voulait plus la revoir. C’est en larmes que Mizuki sortit de la maison tandis que je m’étais cachée pour ne pas lui faire face. C’est alors que pour la première fois que je revis mon frère en larmes depuis les obsèques de nos parents. Je voyais bien qu’il n’allait pas bien, pourquoi se sacrifiait-il ainsi pour moi ? Pourquoi ne me laissait-il pas derrière ? Après tout il avait fait tellement de choses pour moi, j’étais un poids pour lui, alors pourquoi ? Pour la première fois de ma vie, je me suis sentie coupable de détruire sa vie rien que par ma seule présence.

C’est ainsi que je me suis renfermée sur moi –même. J’étais incapable de faire face ni à Yasu-nii, ni à Aya-chan, ni à moi-même. Je suis restée cloitrée pendant des mois dans ma chambre, ne sortant que pour manger que lorsque personne n’était dans la maison. Et puis un jour, je suis tombée sur le site Tokyo Dreamers qui proposait son aide, j’ai fais une demande comme ça sans penser à rien. Si quelqu’un arrivait à me donner une solution pour que cesse cette culpabilité, je la saisirai sans hésitation. Quelques jours plus tard, j’ai reçu un colis avec un appareil photo et un mode d’emploi accompagné d’un simple petit mot tapé à l’ordinateur : « Si le monde n'est pas assez beau à travers tes yeux, essaye de capturer le meilleur avec cet appareil et tu retrouveras surement le sourire. »

C’est ainsi que j’ai commencé la photographie. Je me suis appliquée à ne voir ma vie qu’à travers cet objectif et petit à petit j’ai recommencé à croire en la vie et à chasser petit à petit ma culpabilité où du moins la refouler au fond de moi. Lorsque j’ai eu 18 ans, je partis de la maison espérant que Yasu-nii puisse renouer avec Mizuki pour reprendre sa vie à laquelle il avait du renoncer par ma faute un an plus tôt.

Les premiers mois furent difficiles pour moi, j’enchainais les petits boulots avec l’unique espoir de pouvoir devenir assistante d’un photographe, le temps de pouvoir me payer des études en photographie. C’est ainsi que par hasard je fus contactée par Tokyo Babylon qui me proposa une mission puisque j’avais accepté de l’aider comme il ou elle l’avait fait pour moi. C’est ainsi que j’ai fais la rencontre de Ryushi, un jeune homme rêvant d’être acteur. En premier lieu, je me suis demandée ce que je pouvais faire pour lui. Et puis l’idée de le prendre en photo pour lui faire un photobook me frappa comme une évidence. Il avait le physique parfait pour être un mannequin et je savais que beaucoup d’acteur avant de l’être avait entamé une carrière de mannequinat. Il accepta mon idée avec joie et c’est ainsi que son photobook flambant neuf tomba sur le bureau de Yasu-nii. En sortant du bureau la tête quelque peu en l’air, j’étais rentrée dans un homme d’une trentaine d’année que je reconnus comme étant Abe-sensei le plus grand photographe de mode du moment. Chassant mon naturel timide, je lui ai souris de toutes mes dents et lui témoigna mes respects pour son travail. C’est ainsi que j’ai remarqué qu’il était en train de ramasser les photos que j’avais par inadvertance fait tomber, qu’il me tendit après avoir jeté un coup d’œil. Il répondit à mon sourire et sans un mot continua sa route. C’est ainsi que par surprise, deux jours plus tard il me contacta en me proposant un poste d’assistante dans son studio. C’est avec plaisir que j’ai acceptée le travail et que je suis devenue une de ses assistantes, une véritable aubaine pour moi. Depuis ma situation financière s’est nettement améliorée, je vis désormais dans un studio bon marché dans le quartier d’Harajuku et je passe mes journées à améliorer mes compétences en plus d’en apprendre un peu plus sur le métier de photographe.

Désormais ayant assez économisée, je peux désormais me permettre de suivre des cours à l’université sur la photographie pour pouvoir compenser mes lacunes. Mes journées se suivent et se ressemblent mais elles sont si enrichissantes que je m’ennuie pas un seul instant. J’espère seulement acquérir plus d’expérience et découvrir encore plus de chose sur ce monde si fascinant qu’est la photographie. Tokyo est la ville idéale pour capturer le vrai visage de la vie et j’ai bien l’intention de ne rater aucune occasion de le faire.

Tokyo Dreamers - Who are you in IRL ?
Pseudo ou Prénom: Mary
Age réel : 22
Comment avez vous découvert le forum ? Je suis la fondatrice avec TB
Un conseil pour l'améliorer ? Euh je suis pas la mieux placée malheureusement
Avez vous lu le règlement ? Oui bien entendu vu que je l'ai moi même écrit. Code Ok By TB


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Satô Aika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Dreamers ::  :: ● Fiches d'identités :: ● Fiches validées :: Tokyo Members-