AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Paris... Baby..Paris♥ [PV: Airi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarKira Hiroshi
Agent de Police
Membre
Agent de Police Membre
▌Réputation : 33

MessageSujet: Paris... Baby..Paris♥ [PV: Airi]   Lun 28 Juin - 19:56

Spoiler:
 



    Un commencement, parce qu'il faut bien partir de quelque part pour continuer à vivre, ici , la bas peu importe à vrai dire tant que l'on vit, respire et sourit.Elle sourit souvent au plus démunis, vie de bohème ou chienne de vie, n'importe quel malheur s'abattant sur un individu peut être une bénédiction pour certain et une déchirure pour d'autre ainsi va la destinée, le monde est parsemé d'endroits tout aussi triste que notre belle ville de Tokyo mais à vrai dire peu importe, car cela ne le concerne en aucun point. Au loin, une terre parsemée de lumières , beauté plongée dans l'obscurité la plus totale, avec un magnifique et long fleuve paisible qui s'écoule sans dérangement, la ville de l'amour, Paris. Bien que actuellement, la ville n'est plus ce qu'elle fût dans le passé, elle reste l'endroit touristique le plus visité par les étrangers de chaque coins de tout les pays, un rêve pour les inconnus , une délivrance mais une vie de tristesse pour ses habitants. Si il était venu ici aujourd'hui, en pleine nuit c'était peut-être justement pour s'évader, respirer un peu , soupirer longuement tout ça à cause de ses fichues priorités de flic. Il lui était souvent arriver de vouloir prendre et se servir de cet arme inconsciemment livré et de la foutre sur sa tempe pour se la faire exploser, chienne de vie laisse le donc en paix. Qui sait, peut-être qu'ici il rencontrerait pire que ce qu'il avait vécu au Japon, dans un sens ça allait être le cas, on ne pouvait pas dire qu'il parlait couramment la langue Française, mais dans sa profession tout était possible, il avait déjà même rencontré un étranger français à Tokyo qu'il avait dû arrêter pour état d'ivresse, donc bon, on apprend vite la langue avec les petites "merdes" humaine. D'ailleurs rien qu'à cette pensée notre beau Hiro' soupire en fermant les yeux, l'avion ne va pas tardé à atterrir annonce une petite hôtesse de l'air qu'il ne prend pas même le temps de regarder, ce genre de filles il les avaient toujours détestés, le genre de poupée barbie qui vous sourit même en plein crash qu'on aurait plus envie de se défouler dessus qu'autre chose. Le temps d'ouvrir les yeux, l'avion était déjà posé sur la piste, ses réacteurs s'éteignirent petit à petit, Paris l'attendait...Quelque chose l'attendait à Paris , quelque chose que lui n'attendait pas vraiment à dire vrai. Il se saisit de son simple bagage , oui il y resterait le week-end, il avait envie de profiter sans penser ni à Tokyo ni à ce qu'il pouvait se passer la bas. Bien heureusement, il avait pris grand soin de prendre une chambre luxueuse dans la ville et à peine arrivé que voila un magnifique petit Kira perdu. La main droite dans la poche, le visage neutre et inexpressif et le voila parti à l'aventure, la saison de l'amour, l'été était la période ou l'on voyait de plus en plus de personnes se balader main dans la main pour admirer la splendeur de la capitale Française, d'autre lèvres contre lèvres et d'autre se balancer des regards limite amoureux obsessionnel, à croire que ce qui te rendait le plus étranger n'était pas ta nationalité mais cette mode Parisienne. De nouveau, Hiro' soupire et avance à l'aveuglette dans la ville jusqu'à finir par tomber sur un petit pont, magnifique vue qui interpella même notre insensible numéro un. Les lumières de la ville vinrent éclairer son regard neutre, aucun bruit à l'horizon d'un seul coup, il sembla comme seul et son esprit entier fit le vide durant un laps de secondes. Une détente absolu encore mieux que ces cochoneries de SPA et autre qui vous font apprendre quelques années après que vous avez aspirés des substances cancérigènes que vous n'allez pas tarder à mourir de cela qui puis est cette luxure et cette inutilité était réservé prioritairement au grands bourgeois de la haute société. Cette soirée d'été aurait pût être parfaite, que l'on lui fiche la paix juste pour une fois, au loin des rires, une joie de vivre qu'il avait envie étouffer de peur que cela ne vienne l'atteindre l'empêcher de respirer l'air qu'il désirait, alors sans un bruit et silencieux Hiro' prit comme la fuite et continua d'avancer dans la ville de lumière, certaines personnes la plupart de la gente féminine se retournaient sur son passage abordant des sourires de coins sournois et pervers, lui qui pensait que les asiatiques n'intéressait que les "asiatiques"? Justement... Encore une fois , des rires de petites dévergondées lui parvinrent jusqu'aux oreilles et encore une fois il soupirait. Quelqu'un pourrait-il lui faire arrêter de soupirer... En avançant ce ne fût que quelques temps après qu'il avait tilter avoir bousculé une passante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarSuzumiya Airi
Actrice
Membre
Actrice Membre
▌Réputation : 25

MessageSujet: Re: Paris... Baby..Paris♥ [PV: Airi]   Lun 28 Juin - 23:04

Tenue d'Airi'
Spoiler:
 

Paris, la ville des lumières. Symbole d'une culture entière, qui en fait rêvé plus d'un, dont moi. De tous mes voyages, la France était le pays que j'avais le moins visité. La dernière fois que je m'y étais rendue datait de euh ... Mathusalem. Y aller pour changer d'air, voilà ce qui me ferait plaisir.

Ce fut la première chose à laquelle j'ai pensé en entendant mon agent dire que nous allions nous rendre à Paris pour le week-end. J'étais à la fois follement excitée, mais en même temps, mortellement indifférente. Excitée parce que voyager en le terme lui-même était quelque chose que j'adorais, et indifférente parce que je ne pourrais pas vraiment me reposer. J'y allais pour le travail, alors comme d'habitude, j'allais devoir tenir ce rôle de fille parfaite, pure, et tout le tralala. Je sais, je me complique la vie toute seule, mais bon. C'est comme ça, et je ne pense pas que cela changera de si tôt. Quoiqu'il en soit, il fallait bien que mon moral suive la route alors je n'allais pas me laisser abattre, et tout prendre du bon côté. C'est un peu un truc de sportif que je fais là. La forme compte d'accord, mais si le mental suit pas, c'est mort, enterré, kaputt.

--

On a toujours tendance à croire que le métier d'acteur, c'est trop du gâteau, on s'amuse tous les jours, et qu'on est payé des milliers ou des millions pour rien faire. Or, c'est totalement faux. Allez apprendre les textes, et faire les cascades s'il y en a. En plus, on ne peut jamais se reposer, si on s'investit dans son travail. C'est certain qu'il y a plus compliqué comme vie, mais voilà. Alors quand jouer et votre métier, et que vous jouez même votre vie, croyez-moi, il y a des moments où on a envie de tout claquer. Je ne sais pas trop pourquoi, alors que j'étais tranquillement assise dans mon fauteuil en train de survoler l'océan, je me laissais envahir par de telles pensées. C'était pas dans mes habitudes. Moi c'est la pêche, la pêche, la pêche ! Mais ça aussi, c'est fatiguant. J'en viens à penser que moi-même je ne sais pas qui je suis vraiment. Si triste. AAH ! J'aime pas inciter à un tel degré de pathos. De toute manière, Paris s'offre déjà à moi. Ma journée va être longue, je le sens, je le sens.

Et j'avais raison. Nous étions sensé tourné le début du premier épisode d'un nouveau drama, et franchement, mon coéquipier si je puis dire, était une vraie merde ! Pas que son jeu était nul, mais le mec lui-même était d'un chiant, je vous dis pas. C'était vraiment le genre de gars que je supporte pas, à se la péter comme je sais pas quoi, et qui considère les filles comme des poupées juste bonnes à être dans un lit. Et avec sa drague a deux balles, j'avais envie de lui fou... Mettre mon poing dans la figure. Mais bon, en bonne fille calme et réfléchit, je n'ai fait que rougir comme une adolescente. Et sans que je puisse dire quelque chose, cet imbécile heureux m'avait donné rendez-vous pour le soir-même, sur la rive de la Seine. Cours toujours blaireau, tu m'intéresses !

Et puisqu'on parle d'animaux, parlons de lapins. Quel magnifique animal, n'est-ce pas ? Tout mignon avec ses deux grandes oreilles. Et puisqu'il est magnifique, c'est justement ce que j'avais décidé de laisser à ce cher Naoki. Comme si j'allais venir à son rendez-vous de nul. A la place, je décidai de faire ce pourquoi j'avais eu envie de venir là-bas, à Paris : visiter. Paris by night, ça devait être bien cool non ? Je veillais à rester tout de même dans les environs de mon somptueux hôtel. Je partais comme ça, sans rien, et je ne savais pas du tout où était quoi dans cette immense ville. En plus, j'étais seule, à pied, et j'avais des notions de français très sommaires alors ... J'espérais sincèrement que mon excellent anglais allait me sauver. En espérant que les français étaient assez intelligents pour savoir parler anglais. Mais bon, vu la complexité de leur langue, ils devaient bien savoir parler toutes les autres non ? Ouais, bref, rien de logique, je sais.

Au cours de ma marche, je ne pus m'empêcher de regarder avec un petit sourire amer tous ces couples. Je savais que Paris était la ville de l'amour, mais quand même ... Là, j'avais presque l'impression d'avoir la peste. Depuis quand n'étais-je pas sorti avec un garçon ? Euh, depuis jamais en fait. Moi, idole des idoles, je n'étais jamais sorti avec un garçon - et encore moins avec une fille, je vous rassure - et n'avait jamais connu les délices de l'amour, sous toutes ses formes. Je ne savais pas vraiment ce qu'était aimer. Je n'avais jamais aimé, et on ne m'a jamais vraiment aimée. Hormis amour de fans, mais bon, cas particulier.
Perdue dans mes pensées, je ne m'étais pas rendue compte que j'étais arrivée là où je ne voulais absolument pas aller : la Seine. OMFG ! Vite, partir, loin, courir, voler ! Mais c'était déjà trop tard, le mal était fait. Naoki, qui était à l'autre bout, m'avait repérée. Mince. Autant faire celle qui n'avait rien vu et se retourner ! Cependant, au moment où je le faisais, quelqu'un me rentrait dedans. Quoi, Naoki déjà ? Bon Dieu ! J'eus un soupir de soulagement en voyant que ce n'était pas lui. Et en plus ce personnage ne disait même pas pardon ! Roh ... Bon, j'allais pas me formaliser pour ça non ? J'avais surtout l'impression d'entendre les pas pressés de Naoki se rapprocher de plus en plus de ma personne. Vite, quelque chose, quelqu'un, à l'aide ! Et puis, en voyant le quelqu'un qui m'avait bousculé ralentir, comme s'il venait de tilter qu'il m'avait bousculée - bah oui monsieur ! -, j'eus enfin une idée. Je pris mon air le plus désespérée - ce qui n'était pas bien difficile, vu que je l'étais déjà -, et fit mine de courir, et faussement essoufflée, je dépassais celui qui m'avait poussé et me posta devant lui. Et en plus, j'étais tombé sur un BG *_*. La chance. C'était beaucoup mieux qu'un tout moche, rabougri machin ... Bref, je penserais à ça plus tard, pour l'instant, il devrait jouer les supermans. Et puis je tiltais tout d'un coup que je savais pas parler français ... Bon, c'était parti pour l'anglais, en espérant que ce mec arrivait à le comprendre.

- Je ... Suis vraiment désolée de vous déranger mais, depuis tout à l'heure, il y a un pervers qui n'arrête pas de me suivre. Comme je suis seule, je ne savais pas trop vers qui me tourner, et puis vous m'êtes rentrée dedans donc euh, enfin ...

Je passais une main dans mes cheveux en pointant derrière lui, là où Naoki se trouvait, soit, à quelques pas de nous. D'une voix un peu plus petite, plus à moi-même qu'à la personne en face, je lâchais un petit " Kowai " (à l'aide), dans ma langue maternelle. Je sais pas trop si c'était de la comédie, ou pas, mais en tout cas, il avait intérêt à pas me lâcher, parce que Naoki était juste là maintenant. Et puis, en y réfléchissant bien, je ne mentais pas : Naoki était vraiment un pervers, réputé pour être un coureur de jupons très persuasif. Et moi, j'avais pas envie d'être persuadée du tout ni de m'approcher de cet ignoble personnage.

- C'est qui celui-là ?

Non mais le Naoki, il parlait carrément comme un petit copain jaloux. Il avait du se rendre compte qu'il était tombé sur plus magnifique que lui ! Moi en attendant, je n'avais pas lâcher mon air inquiet. Il allait pas m'agresser non plus hein ? Prions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarKira Hiroshi
Agent de Police
Membre
Agent de Police Membre
▌Réputation : 33

MessageSujet: Re: Paris... Baby..Paris♥ [PV: Airi]   Mar 29 Juin - 0:35

    Paris la magnifique, Paris la belle, la maudite également. C'était un jour d'été ou la détente se devait d'être assurée au quatre coins du monde personne ne pourrait le déranger au moins il pourrait simplement vivre et sourire à sa vie, sourire état d'ailleurs un mot vite dis car ce n'était qu'une image intérieur pour dire vrai. De toute sa carrière de flic , Kira Hiroshi était le policier le plus négatif de la profession, pas comme les autres qui aimaient par dessus tout rassurer les bonnes poires victimes de nombreux crimes en tout genre, son seul passe temps était de terrifier les bandits de grand chemin, d'un sourire de coin perfide, Hiro' adorait leurs balancer leurs sentences et il était devenu d'ailleurs l'un des flics les plus méprisait de sa génération, mais peu importe , il n'était pas la pour jouer les "Grands coeurs" ou voir même "les popples affectueux". Alors complétement achevé par le travail, par ce mont de paperasses toutes des plus inutiles qui avait était judicieusement posé sur son bureau, il avait voulu prendre congé juste une fois , laisser ses camarades , les newbies et tout ce qui s'ensuit prendre les rennes, adieu Tokyo Babylon et Dear Tokyo, Paris l'attendait... Sauf que encore une fois le travail l'appelait mais cette fois au quatre coins du monde, en France. Il en avait passer du temps à régler des affaires et des histoires puériles et enfantines de demoiselle qui s'amusait avec lui et sa patience, des histoires d'hommes parfois un peu trop violent, trop brusque qui aimait par dessus tout "diriger" à croire que chacun d'entre eux avaient voulus conquérir le monde à leurs manière, sauf que cette fois leurs rêves de conquête était tombé au plus bas et que juste la existé un super héros peu connu des gens, parfois méprisé appelé Kira Hiroshi. Il fallait dire vrai, les Flics et tout ce qui s'y rapporte n'était pas très bien vu de la civilisation, vengeur et porteur de justice et mauvaise nouvelle pour les dealers, ils étaient critiqués et parfois même frappés par les quelques petites racailles qui trainaient comme des insectes dans les quartiers les plus pauvres des villes. La plupart d'entre eux sont souvent des gosses de famille pauvre ou enfant de parents malhonnêtes etc... a vrai dire il s'en contre fichait de ce genre de situation, tout ce qui l'interessait était de faire son boulot, la situation familiale des gens ne l'interessait que très peu. Et voila que après de multiples réflexions intérieurs la jeune fille qu'il avait bousculé tout à l'heure vint se placer devant lui, brisant pensées et rêves de calme et solitude. Kira soupira longuement, inutile et pauvre petite créature, ses yeux d'un noir profond vint fusiller le regard de la jeune fille qui tant bien que mal tenter de s'expliquer dans un anglais courant...

    Elle semblait comme paniquée et cela se voyait qu'elle n'était pas du coin, ses yeux, cette peau et cette chevelure tout en elle montrait qu'elle était plutôt d'origine asiatique, il était très fréquent que les étrangers aimaient taquiner les touristes, vu qu'ils ne comprennent pas la plupart des dires de ceux ci. Elle sembler éssoufflée et complétement paniquée,peureuse également. Un pervers hein... Et bien soit cette demoiselle avait le chic pour se foutre dans des situations pas possible, soit elle était complétement inconsciente de ses actes, imaginer seulement que j'était un pervers moi même et que je désirait abusait d'elle, la voila prise au piége non mais vraiment il fallait le faire. Bon il était vrai que je n'était pas quelqu'un de très sympathique surtout avec les personnes que je ne connaissait à peine mais la c'était un cas de force majeur, la pauvre fillette poursuivit par l'un de ses hommes en manque d'affection, un manque, encore et toujours la même chose.Sans même que je ne puisse dire quoi que ce soit, faire quoi que ce soit cet homme en question vint jusqu'à nous, nous rejoindre. Kesu... vraiment le chic pour se foutre dans des situations pas possible le petit Kira, ce n'était pas le genre de week-end qu'il avait espérer. D'un soupire je fermait les yeux de nouveau avant de les ouvrir pour fixer mon futur interlocuteur. Je ne savait ni comment l'aborder , ni comment lui dire de laisser cette fille tranquille, dans un sens j'avait une folle envie de partir, de les laisser tout les deux, d'ailleurs ce n'était pas dans mes habitudes de me mêler de ce qui ne me regardait pas. Quelque chose d'autre vint me frapper à l'esprit, ce que venait de prononcer l'homme en question. Un pervers hein, impossible qu'ils ne se connaissent pas, les pervers je les connait comme ma poche, tout les jours des jeunes femmes viennent se plaindre d'eux et jamais l'un d'eux ne m'avait parler comme une sorte de petit ami Jaloux, mauvaise blague ? ... Encore une pimbêche qui aime s'amuser avec les hommes...Pathétique si cela était le cas je n'allait pas rester planté comme un pauvre idiot devant leurs manège.

    « Je ne pense pas être en mesure de comprendre ce qui se passe... »

    Que dire d'autre, que faire d'autre devant cet homme et cette demoiselle appeurée, si il était son petit ami elle n'avait qu'à se débrouiller par elle même encore une fois je refusait d'être la bouée de secours, la bonne poire que l'on utilise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarSuzumiya Airi
Actrice
Membre
Actrice Membre
▌Réputation : 25

MessageSujet: Re: Paris... Baby..Paris♥ [PV: Airi]   Mar 29 Juin - 22:06

Pour résister dans une telle situation, il fallait bien s'appeler Airi Suzumiya. Les deux garçons en face de moi semblaient être sur le point de me tuer. L'un parce qu'il avait l'air profondément ennuyé de se retrouver dans un mic-mac comme celui-ci, et l'autre parce que sa simple présence me répugnait. Pourtant, je voulais encore croire ce mec X que je ne connaissais pas. C'est vrai. Je n'étais pas du genre à me laisser démonter aussi facilement, mine de rien. Autant vous dire que son regard m'avait clouée sur place. Si perçant et inamical ... J'en avais rarement reçu des comme ça. Je ne suis pas du genre à juger les gens sur leur apparence, mais je dois avouer que j'avais été vraiment surprise ... Je n'aurais pas imaginé q'un garçon aussi charmant puisse être aussi ... glacial. Ce fut très déstabilisant pour moi, qui était habituée à avoir les gens dans ma poche en un tour de main.

Quand je voyais des personnes comme ce X, je me demandais quels mystères pouvaient flotter dans la vie des gens. Chacun avec une histoire différente, parfois similaire. Leur passé qui faisait ce qu'ils étaient. Et ce X, qu'avait-il vécu dans sa vie pour se montrer aussi froid et antipathique ? "L'habit ne fait pas le moine", une expression que j'aime beaucoup, et qui je l'avoue, me sied à merveille. Alors, pourquoi est-ce qu'elle ne lui siérait-elle pas ? J'osais croire qu'il n'était pas aussi méchant qu'il ne le laissait croire et qu'il avait tout de même un fond de bonté dans son coeur. Et même si coeur il n'y avait pas, un fond de bonté assez grand pour ne pas abandonner une fille aux griffes d'un maniaque.
Grâce à mes talents hors du commun de menteuse et à ma profonde empathie, j'avais très vite compris qu'il n'avait pas cru un seul mot de ce que je lui avais dit, du moins, à partir du moment où Naoki s'est pointé. Pourtant, en soit, je n'avais pas menti. Un gars qui couchait avec une fille différente toutes les soirs et qui était capable de les peloter sans retenue dans la rue était pour moi, un pervers.

Alors tout de même. Sous l'intonation qu'avait employée X, je dus invoquer tous les dieux mis à ma disposition pour garder mon calme. Bon, allez, j'avais bien déjà fait face à ce genre de situation dans mon enfance non ? J'ai même apprit à rire sous les coups, alors, c'est pour dire à quel point mon entraînement avait été rigoureux. Alors moi, Airi, je réussirais bien à ne pas me laisser démonter par le premier gars qui passait. Et pendant toutes ces pensées, je ne m'étais pas séparée de mon air complétement paniqué. Il ne fallait pas non plus que je casse trop ma couverture non plus, non ?

- Anooo ....

Comme Naoki avait parlé japonais, Monsieur X l'avait suivi (bon, on va supposer ça hein xD). Et moi aussi donc, retour à la langue maternelle. Bon, c'était pas plus mal. Mais tout de même. Demander à un nippon de me sauver d'un nippon en plein Paris ... J'avais le don pour tomber sur ce genre de hasards totalement débiles. Et puis, je n'aimais vraiment pas ce genre de situations. Je n'étais pas du genre à chercher des problèmes alors ... Voilà pourquoi j'ai toujours repoussé l'avance des garçons, pour ne pas être ennuyée. Or, Naoki, n'était pas ce genre de garçons. Grisé par sa popularité, il était devenu une espèce de diva qui obtenait tout ce qu'elle voulait, avec la force s'il le fallait. Alors vous imaginez bien qu'une fille non consentante le serait tout de même à ses yeux.

- Parce qu'en plus, il se fout de ma gueule ? dit Naoki, énervé. Il sait pas qui je suis ou quoi cet idiot ? J'vais lui refaire sa tête moi ...

Naoki était vraiment un sang chaud. Avec tous les défauts de la Terre qui plus est. Alors son envie d'avoir tout ce qu'il voulait était poussée au point qu'il veuille une réponse claire à tout ce qu'il demandait. Et comme il était un peu lent du cerveau, et bien il avait vu la réplique de Monsieur X comme et bien, un foutant.
Mais bon, quoiqu'il en soit, j'avais interpellé Monsieur X pour qu'il m'aide, et non pas pour qu'il se fasse taper à ma place. Si je n'avais pas cette foutue "couverture", j'aurais bien mis K.O. Naoki, mais là, je n'en avais pas trop la possibilité. Alors prenant tout ce qu'il pouvait il y avoir de plus féminin dans ce geste, je poussais Naoki, et au lieu de s'abattre dans la figure de Monsieur X, son poing s'abattit dans les airs. Mon air paniqué devint totalement apeuré lorsque je vis le regard hargneux de Naoki se poser sur moi. Bon, certes c'était de la comédie, mais je n'étais pas rassuré pour autant. Je suis sûre et certaine que c'était la première fois de sa vie qu'il se retrouvait aussi ridiculisé ... Et il paraît que la colère d'un homme peut doubler sa force. Et malgré 8 ans de kendo, je n'en restais pas moins une fille, qui avait moins de force qu'un homme à la longue.

Naoki se rapprocha de moi et me saisit violemment le bras en me rapprochant de lui.

- On a des trucs à faire toi et moi je crois.

Mes yeux s'écarquillèrent. En fin de compte, dans ce genre de situation, ce n'était pas vraiment difficile de jouer la comédie. Alors que Naoki commençait à m'emmener, ne se souciant plus de son adversaire avorté, je tournais la tête vers Monsieur X, les larmes aux yeux. Il n'allait pas laisser une fille aller se faire violer sous ses yeux tout de même ! Il était peut être encore plus glacial que l'Antarctique, mais ce n'était pas un monstre non plus non ? Espérons-le.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarKira Hiroshi
Agent de Police
Membre
Agent de Police Membre
▌Réputation : 33

MessageSujet: Re: Paris... Baby..Paris♥ [PV: Airi]   Mer 30 Juin - 20:11

    • Si il y avait quelque chose que Kira ne supportait pas c'était non seulement la méchanté mais en plus gratuite. Ce type le parfait stéréotype du gars super jaloux pour tout comme pour rien que limite il à la frousse de perdre sa gonzesse rien que par un garçon qu'elle vient tout juste de rencontrer, rencontrer était vite dit... Cette situation lui donnait une envie d'exploser de rire, situation comique mais il n'allait pas rentrer dans ce petit jeu la, du tout du tout, ce comique de service était risible et le laissait dans son "trip" ou délire mégalo' était beaucoup plus fascinant que d'observer l'air faussée qu'avait pris la demoiselle face à lui. Non mais dans quel pièce de théâtre se trouvait-il au juste, rien que pour savoir le nom nul à chier de la pièce interprété par les pires comiques qu'il n'ai jamais vu. Il fallait être franc le spectacle qui s'offrait à ses yeux était plus qu'hallucinant complétement impossible même, dieu sait qu'il détester le spectacle, les comédies musicales et autres conneries mais la ce n'était pas lui qui allait voir la scène c'est la scène elle même qui se déplacer à lui quel traitement de faveur ♥... Kira eu comme un petit sourire de coin en écoutant le "Playboy, bourreau des coeurs" s'en prendre à lui sans le connaître, énervé , se foutre de lui oh ça oui ... Il se foutait et même royalement de la poire du gamin face à lui qui tenterait de brandir la main sur lui, mains dans les poches, Hiroshi le fixait d'un air neutre mais aussi amusé tandis que la playmette de service c'était interposé entre les deux. Comme ci qu'une bataille aurait lieu, mais il n'avait pas que ça à foutre de subir leurs petits manège tout ce qu'il voulait s'était être tranquille, visiter la ville et pouvoir dormir dans l'un de ses matelas bien douillé de l'hôtel de luxe qu'il s'était payer. Ce qui serait encore plus hilarant serait le fait qu'il brandis la main gentiment et qu'il leurs fasse un "Salut" typiquement français pour ensuite prendre la fuite.... Comique mais pas à ce point, qui puis est le dernier geste de l'homme en question vint gratter une grimace de dégout dans le beau visage d'ange d'Hiroshi. L'être humain est faible et impuissant, l'être humain est con est débile, l'être humain à sa tête à lui. Sans que Kira ne puisse dire ou faire quoi que ce soit, l'homme en question avait saisit le poignet de la belle demoiselle pour l'attirer contre lui énonçant une certaine "chose à exécuter" pas besoin d'être voyant pour comprendre ce qu'était la chose en question. Il n'attendis aucune réponse et s'éloigna, la fille capturée... Que faire, que faire surtout quand un si joli minois se retrouve presque inondée de larme en vous fixant d'un air suppliant.

    « Matte (Attend) ...»

    Trop tard pour reculer , il l'avait interpeller. - Et maintenant qu'est-ce qu'on peut faire-, il fallait agir ou plutôt réfléchir à la situation. Hum, un homme retient captif une demoiselle la seule chose qui puisse le faire peur serait des menaces mais dans tout les cas Kira n'avait pas envie de se battre donc c'était un plan tomber à l'eau et ce directement, puis il y avait les menaces verbales ou intelligente tel que son blason de flic Japonais, arf quel situation... Bon et bien tant pis, les conséquences de ses actes payeront tôt ou tard et ce "Tôt" était maintenant. D'une vitesse fulgurante, le beau ténébreux flic se saisit de l'autre main libre du sois dit "Voyou" et se mit à la compresser un appel à la douleur qui voulait dire " Lache cette fille tout de suite", il était bon tout de même de préciser que Kira ne s'intéressait pas aux beau yeux de la demoiselle mais étant donné son statut de "Superman" bien entendu entre guillemets il était plus que normal pour lui d'aider de nouveau une personne dans le besoin qui puis est il aurait sûrement eu des remords de voir une demoiselle se faire agresser tout juste devant lui. Gardant son expression neutre et sérieuse, Kira tourna l'homme face à lui plongeant son regard haineux dans le sien, il ne lâchait pas pour autant son bras prisonnier de la force du flic. En voyant l'homme grimaçait et poussé quelques "Itai" étouffé , Hiro' soupira.

    « Hum....Si il y a bien quelque chose que j'déteste dans ce monde, c'est les pourritures dans ton genre...»

    De nouveau il resserra son emprise sur ce crétin et approcha sa bouche de l'oreille de l'homme en question.

    « Ecoute, si tu n'a pas envie d'avoir de sérieux ennuis avec la mafia japonaise je te conseil
    de la foutre en veilleuse et de laisser tranquille cette demoiselle...»

    -NANIII Oô ... la mafia japonaise nééé Kira-kun on avait dis qu'on allait pas partir dans des délires mégalo' toi et moi alors pourquoi tu lui raconte ce tissu de mensonge Héé? Tu veux qu'il te croive, mais comme si qu'il allait croire que tu soit Yakuza ou autre connerie de ce genre quel crétin tu fait, tu aurait pût simplement lui dire que tu était Fli.... Ah !! J'ai compris. Il est clair comme de l'eau de roche maintenant, si tu aurait dit que tu était flic cela ne lui aurait fait ni chaud ni froid étant donné que ici vous êtes en France donc un flic Japonais qui prend du pouvoir dans un pays étranger n'est plus flic, tandis que Yakuza japonais même à travers le monde tout le monde les craints et ce fortement. Qu'est-ce que je t'aime mon Héros ♥//♥ .. Bon on repart dans le rp- ...
    Une fois cette phrase susurré au coin de l'oreille de l'autre abruti qui avait écarquiller les yeux, Hiroshi lui lâcha le bras brusquement prenant cette fois le poignet de la jeune fille, Kira la pris et se mit à avancer avec elle un peu plus loin que l'autre abruti et une fois à distance raisonnable prit son air le plus froid et cassant pour lui parler.

    « J'espère que vous êtes satisfaite et que votre comédie va cesser rapidement...
    Je ne jouerait plus les super héros pour vous sauver la prochaine fois de votre jaloux de petit ami...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarSuzumiya Airi
Actrice
Membre
Actrice Membre
▌Réputation : 25

MessageSujet: Re: Paris... Baby..Paris♥ [PV: Airi]   Mer 30 Juin - 21:40

Et bah, ce X, quel homme ! Un mâle dans toute sa splendeur - enfin, ça reste encore à prouver ... //SBAFF// -. Non plus sérieusement. Mon dernier "appel" au secours avait été fait avec peu d'espoir, et j'étais quasiment certaine que j'allais devoir me débrouiller toute seule. Mais je ne sais pas si c'était à cause de ma bouille larmoyante ou de son peut-être syndrome du super héros, mais monsieur X vint à me secours. Et franchement, quand je vis de quelle façon, je ne pus m'empêcher de me dire qu'il valait mieux être dans ses petits papiers ... Question de sécurité xD.
Déjà, quand sa voix s'éleva une première fois pour stopper Naoki, mon regard ne put s'empêcher de s'éclairer. Aucun rapport avec la fin de la comédie - d'ailleurs comme je l'ai dit, je ne jouais à ce moment là que pour mes larmes, sinon, j'étais on ne peut plus sincère - mais c'était juste le regard de la personne qui voyait son sauveur arriver quoi.
Ensuite, sans que je ne capte totalement l'action, X avait saisit le bras de Naoki avec une telle force et une telle vitesse que je fus moi-même "obligée" de sursauter. Par contre, je fus un peu moins contente quand X serra la main de Naoki. Non pas parce que j'étais sensible à la douleur de Naoki, mais surtout parce qu'au lieu de me lâcher le bras comme le sous entendait le " message " de monsieur X, Naoki ne fit que resserrer sa poigne autour de mon poignet, réaction normale face à la douleur je dirais - c'était soit il me lâchait pour serrer son autre main, soit il serrait les poings. Et vu qu'il me serrait en même temps, bah voilà -. Je laissais échapper un petit " Itai " involontaire en serrant les dents. Allez Naoki, il serrait peut être temps de me lâcher le bras, parce que là, voilà quoi x_x. C'est moi qui allait finir par plus souffrir que lui si ça continuait comme ça.

Comme X avait un bon timing - ah parfait ce gars, vraiment -, il murmura quelque chose à l'oreille de Naoki qui lui fit lâcher mon bras, et qui écarquilla ses yeux tout autant que les miens. J'avais été assez curieuse pour tendre l'oreille et j'eus la possibilité de comprendre un tant soit peu la première partie de la phrase, entre autre la partie " mafia japonaise ". Oh God. Je comprenais un peu mieux cet air de glaçon. Mais tout de même ... Un Yakuza qui me venait en aide, voilà quoi. Surtout que juste avant, il disait ne pas aimer les " pourritures " dans le genre de Naoki ... A moins que ce soit un super gentil super coincé dans le super monde des supers méchants ? Euh non ... Ca fait un peu trop drama là. Et le drama, c'est moi xD. En tous les cas, que ce soit vrai ou faux, X avait bien trouvé ce qui pouvait faire peur à Naoki. Ou du moins, le déstabiliser assez pour qu'il me lâche. Et quel soulagement pour mon poignet, je vous jure. J'ai bien cru que ma main allait être dépourvue en sang.

Malheureusement, mon bonheur, et surtout le répit de mon poignet, fut de courte durée. En effet, à peine Naoki m'avait lâché le poignet que monsieur X le saisissait à son tour. Super, vraiment. Bon, j'imagine qu'il le faisait pour me sortir d'affaire, mais quand même. De loin,j'entendis Naoki crier qu'il n'en avait pas fini avec nous. Ok. En tous les cas, il n'allait pas venir nous, enfin, lui et moi, ennuyer maintenant, puisqu'il avait semblé être trop apeuré par la nouvelle. D'une certaine manière, je comprends. Personne n'avait envie de se frotter à un yakuza ... Peut-être que j'étais trop bonne poire, mais en tous les cas, il ne me faisait pas peur. Enfin, c'était sûr, je n'avais jamais vu aussi glacial. Mais il m'avait tout de même sauvé alors ...

Comme nous marchions plutôt vite, je faillis presque lui rentrer dedans lorsqu'il s'arrêta. A vrai dire, ma façon de freiner avait été beaucoup similaire à la façon dont quelqu'un tentait de garder son équilibre sur une corde raide. Quand il me parla, je frissonnai sous l'air froid et cassant qu'il avait emprunté. A ce moment-là, je ne pus m'empêcher de penser au regard plein de dégoût que me lançai mon père lorsque j'étais plus jeune, et cela me fit froncer imperceptiblement les sourcils, plus encore que ses paroles. Cependant, grâce à l'expérience que j'avais dans le domaine, je repris vite contenance. Je séchais mes larmes en deux coups de mains, et regardai mon pseudo sauveur dans les yeux.

- Vous me blessez là tout de même ... Ce truc-là, mon petit ami ? J'en doute.

Bon, ma réflexion avait été un peu à la limite de ma couverture " douce Airi ", mais tant pis, je pouvais pas laisser passer un tel truc quoi. Naoki, mon mec ? Non mais lol. Je savais que très bien que j'étais pas futée tous les jours, mais au point d'être assez bête pour sortir avec lui .... Très peu pour moi. Je passais une main dans mes cheveux, un tantinet embarrassée. Pas que je voulais raconter ma vie, mais je lui avais tout de même volé du temps, alors la moindre des choses c'était de lui expliquer tout de même pourquoi.

- Ce garçon, Naoki, est le pire que je connaisse. Le genre de "je-m'as-tu-vu" à se taper tout et n'importe quoi, et comme vous avez pu le voir, avec la force s'il le faut. Je dirais même encore qu'il a été plutôt sympa là. On s'est connu aujourd'hui, et je lui ai apparemment tapé dans l'oeil ... D'où ce qui vient de se passer.

Bon, j'avais essayé d'être brève, en faisant en sorte de ne pas entrer dans trop de détails pour le gonfler. Par exemple, j'étais quelqu'un qui aimé bien discuter avec les gens, mais pas là pour faire la psychologue anonyme et écouter la vie de tout le monde, en passant de A jusqu'à Z. En bonne nippone, je fis un angle de 45° face à monsieur X. J'allais pas pousser jusqu'à 90, il n'était pas encore empereur du Japon xD.

- Arigatô gozaimasu.

Après quelques micro-secondes, je me relevai, avec un petit sourire. Je ne me forçai pas vraiment en fait. Je n'avais pas vraiment envie de faire la gueule, et puis, pour rajouter quelque chose, avec ce genre de personne, c'était totalement inutile de se comporter de la même manière. Sinon, il n'y allait jamais avoir de dialogue posé et correct.

- Et vraiment désolée de vous avoir embarquer là-dedans. Je m'appelle Suzumiya Airi, et ahem ... J'aimerais vraiment vous remercier. Demandez moi ce que vous voulez, et je le ferais. Et s'il vous plaît, pas un truc trop méchant ... ?

Je ne m'étais présentée pour qu'il sache que j'étais connue connue - d'ailleurs, s'il ne regardait jamais la télé et ne lisait jamais le journal, impossible pour lui de me connaître xD -, mais simplement par politesse. Ensuite, c'était clair que le "demandez moi ce que vous voulez" pouvait très mal passer, surtout dans des oreilles mal intentionnées, mais à ce moment-là, cette idée ne m'avait même pas effleurée l'esprit. Et puis, quand j'ai dit un truc " pas trop méchant ", c'était dans le sens où je le voyais bien dire " du balais, ce sera déjà un beau cadeau " xD. Bon de toute manière, il était comme il était, alors pas la peine de lui en vouloir. Enfin, le petit point d'interrogation parce que je n'avais pas fini ma phrase. Vous savez, ce genre de blanc que vous laissez pour demander implicitement à votre interlocuteur " c'est quoi votre nom à vous ? ". De toute manière, têtue comme j'étais, il allait m'avoir dans les pattes pendant longtemps, surtout jusqu'à ce que je considère que ma dette n'était pas remboursée. Parce que s'il y avait bien un truc que j'aimais pas, c'était endetté. Alors monsieur X, il allait être sympa, comme ça je serais pas trop chiante x).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Paris... Baby..Paris♥ [PV: Airi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Paris... Baby..Paris♥ [PV: Airi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Dreamers ::  :: ● ヨーロッパ - Europe-