AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Avec juste un seul petit verre [Satô Aika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarIshikawa Ryushi
Mannequin
Membre
Mannequin Membre
▌Réputation : 10

MessageSujet: Avec juste un seul petit verre [Satô Aika]   Dim 20 Juin - 23:12

Vous savez la vie de mannequin n'est pas toujours ce que l'on croit, bien sûr on s'imagine volontiers une vie pleine de soirées en tout genre, d'alcool, de drogue, et de sexe... C'est d'ailleurs le genre de vie que ce sont trainés les plus grand nom du métier, mais ce n'est pas pour autant une raison de marcher dans les pas de ces mêmes grands noms malgré tout éphémères. Pourtant ce soir là même les plus sages sont de sortis, trainant du pied se rendant compte qu'ils ne pourront fuir, qu'ils seront enchainés aux lieux jusqu'aux petits matins sans pouvoir prétendre à un quelconque échappatoire. Dommage pour toi Ryushi ce ne sera pas ce soir que tu iras te coucher tôt avec une bonne tasse de camomille... Abandonne rapidement cet espoir que tu avais de pouvoir continuer à te prélasser dans ton lit, bienvenue dans le monde du show-business, attends toi à ne bientôt plus pouvoir te promener dans la rue sans être harponner par ses demoiselles folles furieuses qui t'auront vu en sous vêtements dans les pages de leurs magazines favoris. Oui oublis cette folle idée qui était celle de pouvoir passer encore incognito... Après tout n'était ce pas là ton rêve de devenir célèbre?! Bien sûr, ce n'est pas de la façon dont tu le souhaitais, mais avoir déjà un pied dans ce monde fermé c'est déjà pas si mal, non?! Ton père ne t'a t'il pas enseigné de saisir toutes les opportunités qui te permettrait de gravir les échelons plus rapidement... Bien sûr ça ne s'appliquait pas vraiment à ce genre de carrière mais pour une fois qu'il t'a dit quelque chose qui peut te servir on ne va pas se plaindre non plus. Allez, il est temps de sortir de cette petite salle exiguë où l'on t'avait presque enfermé pour que tu puisse te rhabiller normalement. Libération?! Si seulement... mais tu sais très bien que c'est loin d'être fini, les photos ont bien sûr étaient prises et ton travail pourrait bien s'arrêter là, mais tu sais bien qu'ils voudront fêter ça, et que tu te laisseras encore embarqué dans l'affaire, peut être faudrait il que tu apprenne à dire non...

La porte de cette minuscule pièce blanche que tu viens de quitter claque derrière toi, ce n'est plus la peine d'espérer gagner du temps, il est trop tard, ils savent que tu es sortis de ta petite prison. Et de ta porte tu peux voir une paire d'yeux te suivre avec un sourire marqué, cet homme, tu l'aime et en même temps tu le déteste, il est ton ami le seul à pouvoir te faire avaler n'importe quoi sans que tu es le moindre doute... Mais peut être faudrait il que tu t'en méfies un peu plus, car la dernière fois que tu t'es retrouvé saoul en train de rouler sous les tables c'était bien de sa faute. Pourquoi toujours vouloir te faire boire? Peut être parce que toi petit homme légèrement ennuyeux tu deviens soudainement beaucoup plus passionné et bien moins ennuyeux.


« Allez une petite coupe pour notre nouvelle couverture de Vogue! »

Ça commence toujours pareil, toujours la même petite phrase, pleine d'enthousiasme... Pourquoi changerait il d'ailleurs? Te voilas contraint de lui offrir de bon cœur un petit sourire, et de tendre la main vers cette coupe de champagne qu'il te tend, tu n'es bien sûr pas obliger de la boire, tu peux bien faire semblant comme tu le fais si souvent, mieux vaudrait éviter le genre de dérapage que tu as déjà due essuyer durant tes folles années de lycée ou encore à ton arrivée à Tokyo. C'est bien dommage pour toi non? Après tout, quand tu seras vraiment célèbre il te faudra en avaler des coupes de champagnes tu ne pense pas?! Remarque tu pourras toujours passer pour une sorte de saint parmi les dépravés, ni compte pas trop le moindre dérapage pourrait alors te valoir ta place. Mais peut importe, à présent tu es armé d'une coupe de champagne, et tu ne sais pas vraiment quoi en faire, tu te contente de suivre le mouvement, de la lever ton verre une grand sourire plein d'entrain en criant presque cette petite formule magique... Pourtant au fond de toi tu n'espère qu'une chose pouvoir vider ton verre dans la première plante verte qui te tombera sous la main, et pouvoir rentrer chez toi... Mais pour cela, il faudrait encore pouvoir décrocher ton colocataire de la bouteille alors qu'il se promène déjà avec remplissant les coupes de champagne de ceux qui auraient vidé la leur d'une traite. Pas de chance Ryu, il va falloir être patient! Peu importe, tu fini par vouloir t'enfuir de là rapidement oubliant presque que tu te trouve tout de même au sixième étage d'un immeuble de Tokyo... Et tu renonce, te retournant précipitamment sans faire plus attention que ça a se qui pourrait se trouver derrière toi, sans même te dire que quelqu'un pourrait se trouver derrière toi. Grave erreur?! Absolument, car voilà que tu bouscule quelqu'un et que tu es déjà en train de te rependre en excuse.

« Je suis vraiment désolé, je n'avais pas fait attention, pardon... »

Cesse d'en faire trop, il n'est pas utile de te répéter autant de fois, elle aura certainement fini par comprendre que tu étais désolé et que tu n'avais pas chercher à lui faire du mal ou à la toucher... Mais le plus dommage c'est que dans ton élan, tu n'as pas renversé ton verre sur le sol, brisant ta flute à champagne par le même moyen, et que dans un réflexe un peu idiot tu as déjà trempé tes lèvres dans les bulles de ton champagne. C'est idiot n'est ce pas, d'avaler d'une traite une coupe de champagne comme ça alors que tu ne supporte pas la moindre goutte d'alcool. Allez savoir, peut être cela ne changera rien... ou peut être pas, allons arrête donc de fixer ce verre à présent vide de tes grands yeux écarquillés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarSatô Aika
Assistante Photographe
Administratrice
Assistante Photographe Administratrice
▌Réputation : 106

MessageSujet: Re: Avec juste un seul petit verre [Satô Aika]   Lun 21 Juin - 19:37

« Quelle journée épuisante ! » dit une coiffeuse tandis que j’étais en train de penser à la même chose.

Il faut dire que la journée qu’on venait de passer était des plus pénible mais aussi très enrichissante. On avait du s’occuper d’une séance photo pour un autre magazine de mode avec qui Abe-sensei venait de signer un contrat. A vrai dire on se demandait tous ce qu’il lui était passé par la tête. Il faut dire que les conditions du contrat n’étaient vraiment pas avantageuses pour nous. Selon les termes on devait produire le travail de trois journées entières en une seule journée pour des raisons de rentabilité économique. Nous la seule chose qu’on s’était rendu compte c’était qu’on avait l’impression qu’ils voulaient notre mort ou notre démission. J’avais tellement marché que j’avais les jambes en comporte et pourtant j’étais en ballerine et je n’avais aucun talon alors j’imaginais ce que pouvait ressentir mes collègues féminines qui portaient quant à elle de hauts talons. Il faut dire que j’étais la seule assistante photographe du studio, ce qui expliquait que j’étais la seule à porter ce genre de chaussure. Je n’avais qu’une chose en tête rentrer chez moi pour aller m’endormir sous ma couette comme une marmotte en plein hiver. Dormir était la seule chose qui occupait mon esprit à ce moment là. Je m’étais déjà relevé prête à partir lorsqu’une des filles avait attrapé mon bras pour m’obliger à m’asseoir devant le miroir.

« Ce soir tu nous accompagnes en boite, Aika ! » Me lança une coiffeuse qui commençait déjà à coiffer mes cheveux.

« Mais…j’ai rien à me mettre, et puis demain on commence tôt aussi, et… »

« Cette fois ci tu t’échapperas pas, ma belle ! Tu viens avec nous, on va toute s’amuser ensemble, ce soir ! »

Il faut dire que depuis mon arrivée, le nombre de fois où j’avais passé la fin de soirée avec les membres de mon équipe se comptait sur les cinq doigts de la main. Je n’étais pas vraiment à l’aise en soirée, et surtout en boite. J’étais bien trop timide pour aller danser au milieu d’une piste de danse tandis que la seule chose à laquelle pouvait penser les garçons était de s’emballer les filles. Il faut dire que Yasu-nii m’avait tout enseigné pour que je ne me fasse pas avoir par n’importe qui et surtout pas par un garçon en manque. Les techniques de self défense n’avaient plus aucun secret pour moi autant le dire. Qui a dit que mon frère était trop protecteur ? Il aurait surement raison mais au moins désormais je voyais arriver le premier dragueur à un kilomètre à la ronde. Et puis en toute honnêteté je n’étais pas vraiment fan de tout ça mais pour une fois puisqu’elles semblaient tellement y tenir, je m’étais laissée faire. C’est ainsi qu’une heure plus tard, j’étais revêtue d’une robe rose bonbon sans brettelle qui m’arrivait pile au dessus de mes genoux. Elle était tout simplement magnifique. J’aime les couleurs vives car elles donnent l’impression d’être éblouissantes mais dans le cas présent j’étais très gênée de porter une telle robe. Il faut dire que pour aller en boite, j’aurai surement appréciée de porter une simple robe noire passe partout, là j’étais trop visible. J’avoue cependant que les filles avaient fait du beau travail car moi-même je me trouvais très jolie. Puis moi qui n’étais pas vraiment fan des escarpins, j’étais en totale admiration devant mes escarpins violets qui allaient avec ma robe. Très tape à l’œil mais terriblement belles. La coiffure et le maquillage était tout simplement parfait, d’ailleurs j’avais du mal à me dire que la personne que je regardais était moi. C’est alors qu’une idée m’était venue à l’esprit. Yasu-nii était dans un des studios voisins pour une séance photo pour Vogue avec un de ses protégés et m’avait demandé d’aller le voir pour qu’il me parle d’un truc. Je ne savais pas ce qu’il ne pouvait pas me dire par téléphone mais autant profiter d’être habillée ainsi pour lui prouver que la beauté était naturelle dans notre famille. Enfin pour plaisanter bien entendu. La preuve il me fallait du maquillage et des beaux habits pour ne pas ressembler à un sac à patates ce que j’étais en temps normal. Oh oui je ne pouvais pas rater une occasion pareille de lui prouver que moi aussi je savais être jolie ! Combien de fois s’était il moqué gentiment de mon envie de devenir aussi jolie que lui ? Après m’être excusée auprès de mes collègues pendant que celles-ci étaient encore en train de se préparer, j’avais attrapé le long manteau blanc qui allait avec mon ensemble et je sortis du studio. Bien que la soirée fût bien avancée, je me dirigeais d’un pas plus ou moins assuré, puisque je n’avais pas vraiment l’habitude des hauts talons, à travers les rues de Shiodome. Arrivé devant l’immeuble en question, j’avais envoyé un message à mon frère pour savoir où il se trouvait dans les bureaux de l’agence. Connaissant très bien le gardien, il me répondit avant même Yasu-nii et c’était ainsi que j’étais arrivé au sixième étage. Maintenant que j’y pense, il est avec un de ses protégés, et si c’était Ryushi, le garçon qui me connait sous le surnom de Tokyo Babylon ? Mais quelle idiote je suis j’aurai pu y penser plus tôt. Mais il est déjà trop tard car sans même faire attention je percute un jeune homme de taille assez grande ou est ce le contraire ? Je ne saurais le dire mais une chose est sure, c’est que ce visage je le connais assez. C’est bien le protégé de Yasu-nii, Ishikawa Ryushi, ma première mission en tant que Tokyo Babylon. Oh mon dieu, qu’est ce que je vais faire ? J’ai envie de fuir aussi vite que la peste…Mais mes pieds restent cloués au sol totalement pétrifiés. J’espère qu’il me reconnaitra pas, ne ? Il se repend en excuse et c’est la que je remarque qu’il tient un verre de champagne à la main mais je n’y fais pas trop attention.

« Ce n’est pas grave, monsieur ! » Dis-je tout simplement pour cacher ma gêne et surtout ma panique. Quelles sont les chances qu’il me reconnaisse alors que j’aurai du mal à me reconnaitre dans ses habits ? Aucune, n’est ce pas ? Oui aucune.

« Dites moi vous saurez ou je peux trouver mon frère s’il vous plait ? Il s’agit de Satô-san, est il toujours là ? »

Oui ne pas lui laisser le temps de découvrir que c’est moi est la meilleure chose à faire, enfin je crois. Et c’est ainsi que j’attends patiemment que le jeune homme qui m’a permit à sa façon d’être là ou j’en suis dans ma vie répondre à ma question tout en espérant qu’il ne se souvient déjà plus de moi.
Tenue de la soirée :
Spoiler:
 



« Si le monde n'est pas assez beau sous ton regard,
essaye de capturer le meilleur au travers de ton objectif !»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Avec juste un seul petit verre [Satô Aika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Dreamers ::  :: ● 汐留 - Shiodome :: → Bureaux-